:

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

   

ec ccc cc e ce.

e c, , 1, c 1.2

c c c c, c
ee, e e ee e ee ece, eee
ee ee ec, ce c ce c, ce
e e e . c
e ec, e ee e. e ee
eee ce c. c e c ec
; c , e
c:
c:
"Chre et excellente amie, quelle chose terrible et effrayante que
l'absence! J'ai beau me dire que la moiti de mon existence et de mon
bonheur est en vous, que malgr la distance qui nous spare, nos coeurs sont
unis par des liens indissolubles; le mien se rvolte contre la destine, et
je ne puis, malgr les plaisirs et les distractions qui m'entourent, vaincre
une certaine tristesse cache que je ressens au fond du coeur depuis notre
sparation. Pourquoi ne sommes-nous pas runies, comme cet t dans votre
grand cabinet sur le canap bleu, le canap confidences? Pourquoi ne
puis-je, comme il y a trois mois, puiser de nouvelles forces morales dans
votre regard si doux, si calme et si pntrant, regard que j'aimais tant et
que je crois voir devant moi, quand je vous cris". 210
ec, c ,
e c ee. e ece ce e
e . , ce ce, ee ce ee ce
ce e. " e c", , ec
. , , e c ce : ece,
, e, e ce ( e ce
c ), , e c, ec
ecc ce , ec eeee c.
e e e c , e,
e e , e cee. ce
e, ee -eececee, e ee,
c cec e. : 211
"Tout Moscou ne parle que guerre. L'un de mes deux frres est dj
l'tranger, l'autre est avec la garde, qui se met en Marieche vers la
frontire. Notre cher empereur a quitt Ptersbourg et, ce qu'on prtend,
compte lui-mme exposer sa prcieuse existence aux chances de la guerre. Du
veuille que le monstre corsicain, qui dtruit le repos de l'Europe, soit
terrass par l'ange que le Tout-uissant, dans Sa misricorde, nous a donne
pour souverain. Sans parler de mes frres, cette guerre m'a prive d'une
relation des plus chres mon coeur. Je parle du jeune Nicolas Rostoff, qui
avec son enthousiasme n'a pu supporter l'inaction et a quitt l'universit
pour aller s'enrler dans l'arme. Eh bien, chre Marieie, je vous avouerai,
que, malgr son extrme jeunesse, son dpart pour l'arme a t un grand
chagrin pour moi. Le jeune homme, dont je vous parlais cet t, a tant de
noblesse, de vritable jeunesse qu'on rencontre si rarement dans le sicle
u nous vivons parmi nos villards de vingt ans. Il a surtout tant de
franchise et de coeur. Il est tellement pur et potique, que mes relations
avec lui, quelque passagres qu'elles fussent, ont t l'une des plus doues
jouissances de mon pauvre coeur, qui a dj tant souffert. Je vous
raconterai un jour nos adieux et tout ce qui s'est dit en partant. Tout cela
est encore trop frais. Ah! chre amie, vous tes heureuse de ne pas
connatre ces jouissances et ces peines si poignantes. Vous tes heureuse,
puisque les derienires sont ordinairement les plus fortes! Je sais fort
bien, que le comte Nicolas est trop jeune pour pouvoir jamais devenir pour
moi quelque chose de plus qu'un ami, mais cette doue amiti, ces relations
si potiques et si pures ont t un besoin pour mon coeur. Mais n'en parlons
plus. La grande nouvelle du jour qui occupe tout Moscou est la mort du vieux
comte e et son hritage. Figurez-vous que les trois princesses n'ont
reu que trs peu de chose, le prince Basile rien, est que c'est M. Pierre
qui a tout hrit, et qui par-dessus le Mariech a t reconnu pour fils
lgitime, par consquent comte e est possesseur de la plus belle
fortune de la Russie. On prtend que le prince Basile a jou un trs vilain
rle dans toute cette histoire et qu'il est reparti tout penaud pour
Ptersbourg.

   

2006-2009